Fermer
bannière 1.jpgbannière 2.jpgbannière 3.jpg

Castor et crues

   



La disparition du castor a entrainé non seulement celle de divers habitats et de nombreuses espèces, mais on a aussi de nombreuses indications que, dans les zones sans étangs de castors, la fréquence des crues a augmenté. Comment cela est-il possible ? Les barrages de castors retiennent l’eau de manière décentralisée dans le cours supérieur, l’eau s’évapore mieux lorsqu’on a de grandes surfaces, elle s’infiltre plus lentement et alimente ainsi la nappe phréatique. L’eau reste donc dans la région et s’écoule moins vite, de sorte que les barrages ont avant tout une influence régulatrice sur les pics de crues.

Aux Etats Unis, on a fait une expérience à ce sujet : la Satsop River, dans l’Etat de Washington (USA) se sépare en deux bras latéraux. Sur l’un d’eux, on a retiré tous les barrages de castors, alors qu’on les a laissés en place sur l’autre. Du côté sans barrages, on a constaté des crues extrêmes, alors que du côté avec les barrages de castors il n’y a pas eu d’inondations. Cela est dû entre autres au ralentissement considérable de l’écoulement (jusqu’à un facteur 100) provoqué par les barrages.

A Freising (D), le niveau de la nappe phréatique a augmenté dans un rayon de 30 ha. autour d'un barrage. Après la rupture du barrage, le débit de la rivière a nettement augmenté pendant 13 mois, jusqu’à ce que la nappe phréatique ait atteint à nouveau le niveau normal (voir aussi Castor et sécheresse ).

Grâce aux plans d’eau formés par les castors, l’eau s’évapore et s’infiltre sur de vastes surfaces dans le cours supérieur des rivières. D’une part elle est stockée dans la région autour du barrage et d’autre part son écoulement est ralenti. L’eau a donc plus de temps pour pénétrer dans la terre et remplit ainsi les réserves d'eaux souterraines, ce dont nous profitons également, nous les humains. En dehors du stockage direct de l’eau dans la zone du barrage, on constate qu’autour des anciens plans d’eau de castors se constituent également des sols riches en carbone et organiquement enrichis, avec une capacité de rétention d'eau nettement plus grande. Avec ses barrages, le castor retient ainsi l’eau plus longtemps dans le cours supérieur des eaux. Et si l’on veut éviter les inondations au bas des vallées, il faut retenir l’eau dans les cours supérieurs. Le castor nous aide à le faire, tout à fait gratuitement.

Notre objectif doit être de retenir les précipitations là où elles ont lieu. C’est là que l’eau doit en grande partie s’évaporer et s’infiltrer. Mais ce qui manque le plus souvent aujourd'hui ce sont des zones humides. Or le castor est un des facteurs en mesure de les créer. Il s’avère ainsi être un puissant contributeur à la régulation des eaux.