Fermer
bannière 1.jpgbannière 2.jpgbannière 3.jpg

5 septembre 2016: Plan castor révisé mis en vigueur



Le Plan Castor est adapté aux nouvelles exigences

Le Plan Castor régit la gestion de ce mammifère, dont la population s’est largement répandue au cours des dernières décennies en Suisse. Cette aide à l’exécution destinée aux cantons a été mise à jour pour répondre aux exigences actuelles. L’OFEV a mis en vigueur le Plan Castor révisé au 5 septembre 2016.

Disparu de Suisse, le castor a été réintroduit il y a 60 ans. Aujourd’hui, sa population compte près de 2800 individus. En construisant des barrages, des canaux et des terriers et en abattant des arbres, le castor façonne le paysage à proximité des plans et des cours d’eau. Il crée ainsi une grande variété de milieux naturels et joue un rôle important pour la biodiversité aquatique et celle aux abords des eaux. Le Plan Castor pose les bases nécessaires à la gestion de la population croissante de castors en Suisse. Il vise, d’une part, à garantir la protection de cette espèce et, d’autre part, à réduire au strict minimum les conflits avec l’homme. Cette aide à l’exécution soutient les cantons dans la mise en oeuvre des exigences légales.

 
 

Les principales modifications apportées au Plan Castor

Le Plan Castor de 2004 a été retravaillé et adapté aux exigences actuelles par un groupe de travail dirigé par l’OFEV, réunissant les offices fédéraux, les cantons et les groupes d’intérêt concernés. Les principales modifications portent sur les points suivants :

  • Conflits avec le castor – Les eaux naturelles ou semi-naturelles dotées de zones riveraines suffisamment larges permettent d’éviter considérablement les conflits avec le castor. Les dégâts occasionnés par ce dernier peuvent en outre être réduits grâce à la délimitation d’un espace réservé aux eaux et à la revitalisation des eaux, comme le prévoit la loi sur la protection des eaux. Le Plan Castor a été adapté aux exigences de cette loi.
     
  • Mesures visant à prévenir les dégâts dus au castor – Les terriers et les barrages des castors sont protégés par la loi, d’où l’importance des mesures de prévention des dégâts. Le Plan Castor décrit désormais les mesures techniques (p. ex. sur les barrages) et les interventions dans l’habitat (p. ex. revitalisation des eaux) et dans les effectifs du castor (p. ex. capture ou tir d’individus) qui permettent d’éviter les dégâts. Les services cantonaux spécialisés conseillent les exploitants et les propriétaires fonciers dans la mise en oeuvre de ces mesures (cf. encadré ci-après). Jusqu’à présent, la compétence relative aux mesures portant sur les barrages et les terriers (manipulation, élimination) n’était pas clairement définie. Selon le plan révisé, une autorisation cantonale est désormais nécessaire. L’OFEV reste compétent pour décider du tir de castors causant des dégâts importants.
     
  • Mesures d’intervention sur les effectifs de castors – Le plan comporte une nouveauté, à savoir la possibilité pour un canton de capturer ou de tirer, avec l’accord de l’OFEV, l’ensemble des castors peuplant un tronçon de cours d’eau si leur présence constitue une menace considérable pour les infrastructures d’intérêt public. Cette modification découle de la révision de l’ordonnance sur la chasse en 2012. De telles mesures sont possibles sur une période limitée et peuvent être mises en oeuvre dans l’attente de solutions préventives durables.